Viviers, palais épiscopal, voûte en pendentif du vestibule

Commune : Viviers
Édifice : palais épiscopal
Localisation voûte : vestibule
Description voûte : voûte en pendentif très surbaissée, appareillée sur le plan de quatre voûtes en éventail
Architecte : J.-B. et F. II Franque (Viré-Gaillard, 2011)
Date de construction (voûte) : 1730-1741 (Viré-Gaillard, 2011)
Introduction : Cette page fait partie d’une série d’études concernant la géométrie des voûtes, et exploitant la superposition des lignes de niveaux et orthophotos obtenues par photogrammétrie. Concernant, la méthode d’étude et les conventions utilisées, voir notre article la géométrie des voûtes, qui contient également la liste des autres voûtes étudiées. Les orthophotos et lignes de niveaux ont été produites par photogrammétrie à l’aide du logiciel MicMac.
Mesures :
$h = 1,06\,\text{m}$
$L_x = 7,86\,\text{m}$
$L_y = 7,45\,\text{m}$
$h/L_{min} = 1/7 = 0,14$
$\Delta{} \text{niv} = 0,04\,\text{m}$
Commentaire : L’ancien palais épiscopal de Viviers est occupé aujourd’hui par les locaux de la mairie et de l’office de tourisme. La voûte étudiée ici correspond au vestibule dans la distribution d’origine des pièces.
Les lignes de niveau correspondent presque à des cercles, avec une légère déformation côté gauche. La surface de l’intrados correspond à une voûte en pendentif très surbaissée ($h/L_{min}=1/7,0$).
La trace de l’appareil à l’intrados est celle de quatre voûtes en pendentif juxtaposées (2×2=4 travées).
Ainsi, bien que le terme « éventail » soit commun à la description de la surface de l’intrados et à celle de la trace de l’appareil, il n’y a pas de relation directe entre la surface et son appareil.
Cette voûte a déjà fait l’objet d’une analyse photogrammétrique par le passé. Saint-Aubin (1986) indique que les dimensions du vestibule correspondent à un rectangle de 24×25 pieds de côté, et que la surface de la voûte correspond à une calotte sphérique d’environ 48 pieds (mesurée à 15,13m). Nos mesures indiquent cependant que la partie centrale (délimitée par le cordon elliptique) correspond à une calotte sphérique légèrement moins surbaissée (rayon de 12,9m avec rms=0,011m) que le reste de la voûte (rayon de 16,8m avec rms=0,019m).
Divers : Le point blanc au centre de l’orthophoto correspond à la projection de l’ampoule éclairant la pièce.
Le nuage de point est bruité en raison de la faible luminosité et du faible contraste de la surface des pierres.
Les moutons de poussières sombres visibles sur l’orthophoto de l’intrados ne doivent pas être confondus avec des fissures.
La porte d’entrée du vestibule se trouve en haut de l’orthophoto (pour mémoire l’orthophoto est inversée pour pouvoir être superposée sur un plan)
Nous remercions M. Véron (Mairie de Viviers) et Mme Leclère pour leur aide pour accéder à la voûte.
Indications sur processus MicMac :
30 photos JPG 6000×4000 redimensionnée à 4280×2853 avant process
Sony Alpha 6000 + objectif Sony 16-55mm
C3DC QuickMac
Date prise de vues : 04/10/2018
Vue générale de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 1: Vue générale
Nuage de point de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 2: Nuage de point
Orthophotographie de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 3: Orthophotographie
Lignes de niveaux (Delta h=0.04\,m) de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 4: Lignes de niveaux (Delta h=0.04 m)
Superposition de l'orthophoto avec une carte de profondeur couleur de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 5: Superposition de l’orthophoto avec une carte de profondeur couleur
Coupe transversale (YZ) de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 6: Coupe transversale (YZ)
Coupe longitudinale (XZ) de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 7: Coupe longitudinale (XZ)
Carte de corrélation de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers   Carte de recouvrement (Cptr) de la voûte de vestibule de palais épiscopal à Viviers
Fig 8: Carte de corrélation – Carte de recouvrement (Cptr)
 
Article mis en ligne le : 05/10/2018.
Révisé le : 23/10/2018.
 

Sur l’auteur :

Mathias Fantin est ingénieur structure et docteur en architecture, et il travaille sur la restauration des monuments anciens. Il a fondé en 2014 Bestrema, un bureau d’études structures spécialisé dans ce domaine.
Ces autres articles pourraient également vous intéresser :

Bibliographie

SAINT-AUBIN, J.-P. 1986, Géométrie de l’architecture, dans Real-time photogrammetry – a new challenge, vol. 26-5, Ottawa, p. 502-509. URL http://www.isprs.org/proceedings/XXVI/part5/
VIRé-GAILLARD, B. 2011, Les Franque : une dynastie d’architectes avignonnais au XVIIIe siècle, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, Paris.